JETS FOR EVER

Accueil

Les Origines de la Réaction

Plus vite, plus haut

L'Âge du Supersonique

Les Jets dans l'Aéronavale

Le Jet en France

Bombardiers à réaction

Les Jets de Légende

Liens

 

LES AILES ROUGES

   Lorsque la deuxième guerre mondiale s'achève, les Soviétiques et les Occidentaux, alliés de circonstance dans la lutte contre la barbarie nazie, entrent dans une période de guerre froide qui durera près de 45 ans. Le "Rideau de Fer" (selon l'expression de Winston Churchill) tombe très vite sur l'Europe Orientale, et le spectre d'une guerre nucléaire totale planera longtemps sur la planète.

    Pendant la "Grande Guerre Patriotique" (terminologie communiste), les Soviétiques ont reçu de grandes quantités de matériel en provenance des USA, notamment des Douglas DC-3 et des Bell P-39 "Airacobra". Vers la fin du conflit, des Boeing B-29 "Superfortress" se posent par erreur sur une base russe. Véritable clone du B-29, le Tupolev Tu-4 sera le premier bombardier stratégique soviétique, et servira d'ailleurs de vecteur de transport nucléaire lorsque, en 1949, la première bombe A de fabrication russe explosa dans les steppes du Kazakhstan.

    Mais les Soviétiques ne se sont pas contentés de copier le matériel occidental. Des constructeurs tels que Ilyouchine, Mikoyan, Lavochkine et Yakovlev ont élaboré des avions parmi les plus efficaces de l'époque. Et quand les troupes de l'Armée Rouge ont envahi l'Allemagne Orientale, des dizaines de moteurs à réaction et de cellules de prototypes allemands ont été saisis, et envoyés directement aux bureaux d'étude des avionneurs, accompagnés de tonnes de documents sur les recherches secrètes des ingénieurs nazis.

    Après la guerre, la Grande-Bretagne donna suite à une demande des autorités soviétiques, et leur vendit ainsi quelques moteurs à réaction de type "Whittle". C'est ainsi que l'URSS entra naturellement dans l'ère du Jet avec le Mikoyan et Gourevich MiG-9, et les Yakovlev Yak-15 / 17, et Yak-23. Si ces avions paraissaient rustiques, et, au vrai, n'avaient que de faibles performances, la raison en était que Staline avait exigé de ses avionneurs de très brefs délais de conception et de livraison. Ainsi, lorsque les observateurs occidentaux virent ces appareils, il y eut une sous-évaluation de la capacité soviétique à fabriquer des Jets fiables et performants. Cette illusion allait durer jusqu'en novembre 1950 et l'apparition dans le ciel de Corée d'un avion remarquable, le Mig-15, lui-même concurrencé en URSS par le Lavochkine La-15. Le MiG-15 "Fagot" démontrait sans conteste le savoir-faire des avionneurs soviétiques, à la désagréable surprise des occidentaux et notamment des Etats-Unis, dont les F-80 et F-84 à ailes droite s'avéraient largement inférieurs à l'intercepteur à ailes en flèche élaboré par Mikoyan et Gourevich. L'arrivée en Corée du North American F-86 "Sabre Jet" allait permettre à la coalition des Nations-Unies de récupérer la maîtrise du ciel, mais ce fut certainement plus le fait de l'excellent entraînement des pilotes occidentaux que grâce à la supériorité intrinsèque de l'avion.

    Mikoyan-Gourevich construit ensuite le MiG-17 (version améliorée du MiG-15), puis le MiG-19, avion largement extrapolé du "Fagot" encore construit sous licence en Chine par Shenyang sous le nom de J-6.

 

   L'avion soviétique le plus célèbre et également le plus construit apparaît au terme d'une gestation longue et délicate. Il s'agit du MiG-21 "Fishbed", construit à plus de 10000 exemplaires en 30 versions différentes, et exporté vers une cinquantaine de pays au moins. Cet intercepteur bi-sonique, grâce à son faible coût, permit à de nombreux pays du Tiers-Monde de pouvoir posséder des moyens aériens crédibles et performants. Les MiG-21 s'opposèrent aux Israéliens au Moyen-Orient, aux Américains au Vietnam et aux Français au Tchad.

   La nécessité d'avoir une aviation capable de défendre la Rodina (mère patrie) et de pouvoir attaquer les bases occidentales en cas de guerre amena la PVN (Forces aériennes) à se doter d'appareils de plus en plus performants et rapides. Yakovlev, Sukhoï et MiG fabriquèrent pour la "PVO Strany" des avions de chasse et d'attaque dont la finalité était la guerre contre les nations de l'Alliance Atlantique. Mais ces Jets ne furent engagés que dans des conflits régionaux dans lesquels ils démontrèrent néanmoins toutes leurs qualités.

 

 

 

   En ce qui concerne l'aviation stratégique, le Tu-14 "Bosun" constitue un premier essai. Mais le premier bombardier à réaction vraiment opérationnel fut l'Ilyouchine Il-28 "Beagle", tellement réussi que certains volaient encore récemment en Chine ! Le Tupolev Tu-16 "Badger", directement issu du premier avion à réaction commercial soviétique, a eu une carrière encore plus longue. Myasichtchev et Tupolev construisirent ensuite toute une série de bombardiers à long rayon d'action capables de larguer une ogive nucléaire à n'importe quel point du globe.

 
 
   Les Jets soviétiques, dont les descendants actuels sont parmi les plus beaux jamais sortis d'une table à dessin auraient donné beaucoup de fil à retordre à leurs homologues occidentaux si la guerre froide avait dégénéré en vrais combats. Il est certain que beaucoup des duels qui ont opposé MiG, Yak et Sukhoï aux Phantom et autres Mirage auraient certainement eu un autre vainqueur si les pilotes (la plupart du temps sous-entraînés) avaient été à la hauteur de leurs montures.
 

HAUT DE PAGE

 

Contactez-moi

 

Votez pour ce site