JETS FOR EVER
 

Dassault "SUPER-MIRAGE 4000"

Mis à jour le 21 Août 2011

 
 

SUPER-MIRAGE 4000

 
 

Au cours des années 60, Dassault cherche un successeur à son "Mirage III". Le 12 juin 1966, le "Mirage F2" effectue son premier vol, propulsé par un réacteur TF-106 de 9 Tp. A partir du "F2" est développé le "Mirage G" à géométrie variable qui vole le 18 novembre 1967, et duquel sera extrapolé le biréacteur "G8", abandonné au milieu des années 70.

En 1972, l'Armée de l'Air publie une spécification pour un ACF (Avion de Combat du Futur) pour laquelle Dassault imagine le "G8A", un avion plus petit dérivé du "G8", avec une aile différente et un angle de flèche fixe à 55°. Cet avion de combat multirôle devait être équipé d'une avionique à la pointe du progrès (radar Doppler pulsé, navigation à inertie), d'une perche de ravitaillement pliable, d'un siège éjectable zéro/zéro et de systèmes d'armement équivalents sinon supérieurs à ceux équipant les meilleurs appareils étrangers. Finalement, le projet est abandonné début 1976 pour des raisons de coût. Dassault revient finalement à l'aile delta qui a fait le succès du "Mirage III" et propose le Mirage 2000, un intercepteur monomoteur plus petit et plus léger, relativement peu coûteux, et qui connaîtra une belle carrière à l'exportation.

En parallèle, Dassault développe également sur ses fonds propres un nouvel appareil beaucoup plus grand (sa taille se situe entre celles du F-14 "Tomcat" et du F-18 "Hornet"), biréacteur, et largement construit en matériaux composites (fibre de bore et de carbone) afin de réduire son poids au minimum et son comportement en fatigue pratiquement infini. Sa stabilité artificielle et ses commandes de vol électriques permettent au "Mirage 4000" une extraordinaire maniabilité et une vitesse minimale de 160 km/h, comparable à celle du "Mirage 2000". Les plans canard situés près des entrées d'air sont destinés à améliorer l'écoulement de l'air pour les angles d'attaque élevés. La dérive, de la taille d'une aile de "Mirage F1", a la particularité de contenir un réservoir de carburant à revêtement en composite de carbone. Cela permet entre autres au "Mirage 4000" d'emporter 3 fois de carburant que son petit frère le "Mirage 2000". Le prototype de ce superbe avion vole le 9 mars 1979 à Istres, piloté par Jean-Marie Saget, à peine un an après celui du " Mirage 2000". Il passe Mach 1 dès le premier vol, et Mach 2 lors de son sixième. Il confirme les espoirs placés en lui en se montrant capable d'atteindre 50000 pieds et Mach 2 en 3 mn  et 50 s. Malheureusement, le gouvernement français refuse de financer la construction de 5 appareils de présérie et, malgré l'intérêt manifesté par certains pays (notamment l'Arabie Saoudite et l'Irak), le projet est finalement abandonné à la fin des années 80.

En 1986, le seul prototype construit est remotorisé avec une paire de Snecma M53-P2, reçoit une livrée de camouflage "Désert", et est rebaptisé "Super-Mirage 4000". Il alterne les vols de démonstration et les essais dans le cadre du nouveau programme "Rafale".

Ce magnifique oiseau, après avoir effectué près de 290 vols, finira sa carrière au Musée de l'Air et de l'Espace en 1995.

 

SUPER-MIRAGE 4000

 

Type : Chasseur monoplace multi rôle

Motorisation : 2 réacteurs SNECMA M53-2 de 8500 kgp avec postcombustion

Dimensions : Envergure : 12 m ; Longueur : 18,70 m ; Surface alaire : 73 m²

Performances : Vitesse maxi : 2445 km/h (Mach 2,21) à 20000 m ; Plafond pratique : 18000 m ; Rayon d'action : 2000 km

Armement : 2 canons DEFA de 30 mm + 8 T de charge externe

 

 PHOTOGRAPHIES

 Accueil 

 Le Jet en France

 Votez pour ce site

 Contactez-moi