JETS FOR EVER
 

Lockheed SR-71 "BLACKBIRD"

Mis à jour le 17 Août 2011

 
 

SR-71 BLACKBIRD

 
 

La genèse du projet d'étude pour un avion aussi exceptionnel que le SR-71 se trouve dès la fin de la deuxième guerre mondiale dans la nécessité pour les USA de pouvoir survoler l'URSS et faire de la reconnaissance photo de son potentiel industriel et militaire.

  Au début, ce rôle est dévolu aux DH "Mosquito" de la RAF, puis aux Boeing RB 29 "Superfortress" et aux North American RB-45 "Tornado" à réaction américains. Il est à signaler que ces avions opéraient avec des marquages britanniques !  Les Soviétiques ayant abattu plusieurs de ces avions espions, l'USAF, en coopération avec la CIA, met en service le Lockheed U-2.

 Kelly Johnson (ingénieur en chef de Lockheed et père de l'U 2), présente dès 1958 à l'USAF et à la CIA un projet d'avion pouvant voler à 24000 m et atteignant la vitesse prodigieuse de Mach 3. Le projet est accepté sous le nom de code A-12.

  L'A-12 sera motorisé par une combinaison noyant 2 turboréacteurs Pratt et Whitney J-58 de 14740 kgp avec PC dans 2 tuyères équipées de statoréacteurs, ces derniers prenant le relais du J-58 à partir de Mach 1,5 jusqu'à Mach 3,2. 93 % de la structure de l'avion est en titane pour résister à l'échauffement de l'air sur le revêtement à Mach 3,2, ce qui lui donnera son surnom de "Titanium Goose" (Oie de Titane).

  L'A-12 vole pour la première fois en mai 1961, mais doit attendre le 26 avril 1962 ses moteurs J-58 pour son premier vol "Top Secret". Il mesure 33 mètres de long pour 17 mètres d'envergure, et peut être considéré comme le premier avion furtif grâce à sa peinture noire contenant des microbilles d'acier qui renvoient les ondes radar et à ses dispositifs ECM et ECCM.  Il est opérationnel pour le compte de la CIA dès 1963 dans le Sud-Est Asiatique jusqu'en 1968, date à laquelle un appareil est porté manquant lors d'une mission sur la Thaïlande.

Le SR-71 est la variante de reconnaissance stratégique de l'A-12. Son premier vol a lieu le 22 décembre 1964, et les vols opérationnels, incluant le ravitaillement en vol, commencèrent fin 1965-début 1966. 31 avions furent livrés à l'USAF, qui constituèrent un vecteur de reconnaissance aérienne d'une souplesse d'utilisation inégalable par rapport notamment aux satellites placés en orbite.

  Le "Blackbird" fut utilisé en Chine et en Corée du Nord, en URSS et partout où les les USA avaient besoin de lui. Ses capacités lui valurent de nombreux records, dont celui de vitesse, avec 3530 km/h. La Nasa utilise d'ailleurs 3 appareils pour des études sur des projets d'avions de transport supersonique.

  Après 25 ans de bons et loyaux services et de records en tous genres, le SR-71 est retiré de l'inventaire de l'USAF en 1989. Mais en 1995, par décision du Congrès des Etats-Unis et contre l'avis des militaires, il reprend du service jusqu'en 1998, où il est définitivement (?) admis à la retraite.

 

SR-71A BLACKBIRD

 

Type : Avion de reconnaissance stratégique à long rayon d'action biplace

Motorisation : 2 statoréacteurs J58-P de 14742 kgp

Dimensions : Envergure : 17 m ; Longueur : 32,74 m ; Surface alaire : 149 m²

Poids à vide : 30 T ; Masse maximale au décollage : 78 T

Performances : Vitesse de croisière : 3660 km/h (Mach 3,35) à 24000 m ; Plafond pratique : 26000 m ; Rayon d'action : 5230 km sans ravitaillement en vol

Charge utile : 9 T d'équipement spécial de détection

 

 PHOTOGRAPHIES

 Accueil 

 L'Âge du Supersonique

 Votez pour ce site

 Contactez-moi