JETS FOR EVER
 

SNCASO SO-4050 "VAUTOUR"

Mis à jour le 21 Aôut 2011

 
 

SO 4050 VAUTOUR

 
 

Le "Vautour" est le premier bombardier nucléaire français. Il est le résultat d'un projet extrêmement audacieux mis au point par le groupe SNCASO. Dérivé du SO-4000 qui avait volé en 1951, il répondait à une spécification pour un appareil monoplace d’attaque, et se présentait comme un monoplan bimoteur à ailes médianes en flèche, avec les atterrisseurs principaux s’escamotant dans les nacelles moteurs. Il était propulsé par 2 turboréacteurs ATAR 101 de 3500 kgp, dérivés de moteurs conçus par une petite équipe de spécialistes allemands de la BMW qui avaient fui en Suisse à la fin de la deuxième Guerre Mondiale, et pouvait ainsi voler à 1100 km/h à 15000 m d’altitude.

Le "Vautour" quitte le sol pour la première fois le 16 octobre 1952 et jusqu'à 1955, 9 prototypes voient le jour en versions chasseur, bombardier et reconnaissance, avec des équipements divers, mais tous pourvus de trains bicycle, de servocommandes, d'une structure en métal aggloméré, de réservoirs largables et d'un plan stabilisateur à incidence variable.

Premier biréacteur français à passer Mach 1 en piqué le 30 juin 1953, le "Vautour" a été fabriqué à 140 exemplaires (+ 3 prototypes) en 3 versions opérationnelles différentes.

Le premier des 30 "IIA" construits, monoplaces conçus pour l'attaque et la chasse tactique, vole le 30 avril 1956. 25 "IIA" seront rétrocédés à Israël avec lequel ils ont combattu avec acharnement dans les années 60 et 70 (un "IIA" a descendu un Hunter irakien en  juin1967). Certains rescapés servaient encore en deuxième ligne au milieu des années 70.

Le "IIB" est un bombardier biplace construit à 40 exemplaires qui vole le 31 juillet 1957.  Il entre en service en mars 1958 à la 92ème Escadre de Bombardement des Forces Aériennes Stratégiques, au sein de laquelle ils servent jusqu'en 1978. Leur mission première de bombardement évolua lors de l'entrée en service du Mirage IV vers la photo aérienne et la formation des équipages de bombardiers. L'EMAA a étudié en 1964 la possibilité de transformer 20 puis 34 IIA ou IIB en avions ravitailleurs au profit des Mirage IVA, mais cette idée a été abandonnée. Certains exemplaires seront dotés d’une pressurisation spéciale en 1967 pour pénétrer dans le champignon atomique lors des essais de la bombe à hydrogène française sur l'atoll de Mururoa. 4 "IIB" déclassés en 1960 ont été livrés à Israël.

Le II.1N est un biplace de chasse tous-temps. Il vole le 10 octobre 1956 et entre en service en mai 1957 à la 30ème Escadre de Chasse, où il sert jusqu'en 1976, date à laquelle il est remplacé définitivement par le Mirage F1C. Plusieurs des 70 exemplaires construits serviront par la suite au CEV pour la mise au point de radars, où leur fuselage spacieux et leur grande autonomie seront très appréciés. Ils sont armés de 4 canons DEFA (idem ADEN) de 30 mm à cadence rapide (copie améliorée du canon à barillet Mauser MG231C, arme révolutionnaire conçue en Allemagne à la fin de la WWII, et dont les dérivés demeurent encore en service), de roquettes et de missiles (air-air à guidage sur faisceau radar SNCAN Nord 5103, ou air-air à autoguidage radar semi-actif Matra R.511). 8 "II.1N" seront vendus à Israël pour la chasse de nuit. 

Le Vautour, malgré sa taille respectable, était réputé très manœuvrant, puissant et un adversaire coriace en combat. Son seul point délicat était l'atterrissage, où le respect de la vitesse était impératif, à cause de son train monotrace, sous peine de rebonds pouvant aller jusqu'à la destruction de l'appareil.

 

SO 4050 VAUTOUR

 

Type : Chasseur de nuit et tous-temps biplace (IIB) - Bombardier biplace (II.1N)

Motorisation : 2 réacteurs SNECMA ATAR 101 E-3 de 3300 kgp

Dimensions : Envergure : 15,10 m ; Longueur : 16,50 m ; Surface alaire : 45,30 m²

Poids à vide : 9880 kg ; Masse maximale au décollage : 17000 kg

Performances : Vitesse maxi : 958 km/h à 12200 m ; Plafond pratique : 14000 m ; Rayon d'action maximal: 2750 km

Armement : 4 canons DEFA 553 de 30 mm + soit 2400 kg de bombes (charge interne et externe), soit missiles AA à courte portée MATRA Magic R-530 ou Sidewinder, soit roquettes SNEB 232

 

 PHOTOGRAPHIES 1

 PHOTOGRAPHIES 2

 Accueil 

 Le Jet en France

 Bombardiers à réaction

 Votez pour ce site

 Contactez-moi