JETS FOR EVER
 

Yakovlev Yak-36 "FREEHAND"

Mis à jour le 18 Août 2011

 
 

YAK-36 FREEHAND

 
 

L'origine des VTOL Yakovlev remonte lui à 1960 quand Alexandre Yakovlev observe les essais du Short SC-1 au salon de Farnborought en septembre 1960 et décide à son retour en URSS de construire un appareil expérimental similaire. Yakovlev décide de reprendre le principe adopté en 1955 sur le Bell model 68 (X-14) où les tuyères orientables de deux turboréacteurs de 700 kgp sont placées au niveau du centre de gravité de l'appareil. L'avion décollait sur la poussée des moteurs orientés vers le bas et quand il était parvenu à une certaine hauteur, les tuyères étaient orientées peu à peu vers l'arrière jusqu'à ce que la vitesse soit suffisante pour que la sustentation des ailes prenne le relais. Pendant les phases de vol stationnaire, le contrôle de l'appareil en roulis et en tangage était assuré par des jets d'air comprimés expulsés par des buses orientables en bout d'aile et dans la queue.

Pour son nouveau Yak-36, Yakovlev sélectionne deux turboréacteurs Tourmanski R-27, dont la tuyère est équipée d'un dispositif de pivotement actionné par un moteur hydraulique, de sorte qu'elle peut être inclinée de 95° vers le bas pour l'atterrissage ou le décollage. Comme le X-14, le "Freehand" est équipé d'un dispositif de buses d'éjection d'air comprimé (prélevé au niveau des compresseurs des moteurs) situées dans les saumons d'aile, dans un carénage sur le cône arrière et à l'extrémité de la grande perche de nez pour le contrôle en vol stationnaire. La panne d'un moteur causerait une chute rapide, mais on espérait que les buses maintiendrait l'attitude de l'appareil pour permettre une éjection saine du pilote.

Début 1961, les lignes générales de l'avion sont fixées, et un budget est attribué pour la construction d'un fuselage d'essais structuraux et de trois avions complets, le n° 36 pour les essais statiques, et les n° 37 et 38 pour les essais en vol. Bien que le Yak-36 fut conçu uniquement comme appareil de recherche, les trois avions avaient deux points d'emport sous les ailes pouvant supporter 600 kg de charge. Les petites ailes delta avaient un profil SR-12, un angle de bord d'attaque de 37 degrés, et un dièdre négatif de 5°. Derrière l'habitacle, le fuselage abritait les réservoirs de carburant d'une capacité de 3080 litres, suivi de l'empennage. La dérive et les empennages horizontaux étaient monobloc et actionnés par des moteurs hydrauliques. Le train d'atterrissage en tandem comportait une roulette de nez se rétractant dans un compartiment entre les prises d'air, des balancines se rétractant dans des carénages à l'extrémité des ailes et un train principal à roues jumelées se rétractant dans un compartiment à l'arrière du fuselage.

L'appareil n° 36 est terminé à l'automne 1962 puis est testé en soufflerie. Fin 1962, les essais au sol commencent à Zhukovskii sur l'avion solidement entravé. Youri Garnayev réalise le premier vol sous entraves le 9 janvier 1963, et, le 23 juin, le premier vol libre stationnaire du Yak-36. Le premier vol conventionnel du premier avion VTOL à réaction soviétique est réalisé par Valentin Mukhin le 27 juillet 1964 avec l'appareil n° 38. Les vitesses de décollage et d'atterrissage conventionnel étaient d'environ 250 km/h. Peu après, les appareils sont modifiés en agrandissant les entrées d'air, en montant les cloisons anti-ré ingestion sous le fuselage, en remodelant les tuyères des moteurs, et en ajoutant deux ailerons sous la queue. Mukhin réalise le premier vol stationnaire à partir d'une surface sans grille le 27 septembre 1964. Le 7 février 1966, l'appareil n°38 décolle verticalement, fait une transition vers le vol horizontal puis atterrit de manière conventionnelle. Enfin, le 24 mars 1966, une transition complète est accomplie, avec un décollage vertical suivi d'un vol à grande vitesse puis d'un atterrissage vertical. Cette première transition d'un VTOL soviétique , près de dix ans après la première transition de l'histoire pour un Jet (le Ryan X-13 en novembre 1956), montre le retard qu'avaient accumulé les Soviétiques dans cette technique.

En octobre 1966, Garnayev et Mukhin font des démonstrations avec les appareils n° 37 et 38 devant le Premier Secrétaire Brejnev à Kubinka. Peu après, Garnayev se tue aux commandes d'un Mi-6 alors qu'il combat des feux de forêt en France. L'appareil n° 38 a réalisé quelques essais sur le porte hélicoptères "Moskva" puis le programme Yak-36 a été stoppé en faveur du Yak-38 "Forger".

 

Yak-36

 

Yak-36

 

Type : VTOL expérimental

Motorisation : 2 Tourmansky R-27-300 à tuyère orientable de 6350 kgp

Dimensions : Envergure : 7,40 m ; Longueur : 16,75 m ; Surface alaire : 17 m²

Poids à vide : 5600 kg ; Masse maximale au décollage : 9400 kg

Performances : Vitesse maxi : 1000 km/h à 10000 m ; Plafond pratique : 12000 m ; Rayon d'action : 370 km

Armement : 2 points d'emport sous les ailes prévus pour pouvoir supporter 600 kg de charges (matériel de mesure, ou lance-roquettes UB-16-57

 

 PHOTOGRAPHIES

 Accueil 

 Les Jets dans l'Aéronavale

 Les Ailes Rouges

 Votez pour ce site

 Contactez-moi